Apéritif "buisson" maison

Et si on buvait un petit apéritif?

Apéritif "buisson"

Ah, le soleil, les vacances, le chant des grillons,  l’apéritif sur la terrasse ou le balcon, les bons copains, le farniente! Une brise légère fait doucement bouger les feuilles des arbres, les oiseaux gazouillent.

Eh bien justement, parlons en de l’apéro, ce petit moment de détente entre amis, cette jolie petite parenthèse dans le train-train quotidien.

Et si on buvait un petit apéritif?

On grignote de délicieuses petites choses, comme des toasts au pestoau gomasio, à la tapenade ou au beurre de noisettes, de délicieux falafels égyptiens, des dattes fourrées, des petites pizza express faites en un tour de main, des merveilleux beignets africains en version salée accompagnés de sauce cacahuètes. Un glaçon? Oui, avec plaisir, il fait si merveilleusement chaud.

On savoure un petit verre d’un alcool doux qui envahit tous les recoins la bouche de sa saveur sucrée et fait vibrer les papilles de ses arômes subtils. On étend les jambes, on se décontracte…elle est pas belle, la vie!

Ensemble, on refait le monde, on parle de l’avenir ou on se raconte des histoires du passé, on est si bien, il fait si bon. Tu te souviens…c’était il y a deux ans…Les idées s’envolent, l’esprit s’évade. Tu reprendras bien un petit verre? Un tout petit alors…je rentrerai à pieds.

Non, ceci n’est pas une apologie de l’alcool, juste un hymne à la tradition française, qui peut tout aussi agréablement être célébré avec une bonne limonade maison bien fraîche, mais…c’est une recette d’apéritif alcoolisé que je vais partager avec vous aujourd’hui (à boire avec la plus grande modération 😉 ), recette elle même également traditionnelle.

Ah, si on parle d’identité culturelle, alors…

L‘apéritif dont il est question est vraiment très, très facile à faire et, selon la méthode choisie, très rapide aussi.

En Aquitaine, on l’appelle «  buisson« . Il est éllaboré à partir du prunellier sauvage, aussi appelé « buisson noir ». Il existe aussi dans d’autres régions de France, ce petit apéritif.  Il y porte d’autres nom tels que « troussepinette », « vin d’épine », « pousse d’épine », épinette ». Même si le nom change, la recette est la même partout, autant que je sache.

Ce sont les jeunes pousses de la plante qui vont donner tout leur arôme à cet apéritif traditionnel. Les meilleures, que l’on récolte en mai-juin, après la floraison ou au tout début de la formation du fruit quand il est encore vert, sont celles qui ont des pointes vertes orangées très tendres. Lorsqu’on les écrase entre les doigts, on sent un parfum à la fois d’amande et de cerise.

Vin apéritif
jeunes pousses de prunellier dont la pointe tire légèrement vers l’orange

Pour faire cet apéritif, il faut faire macérer ces jeunes pousses de l’année qui n’ont pas encore fait de bois, avec du sucre, du vin et de l’eau de vie. Chacun choisit le vin de sa région, puisqu’il n’y a pas de région spécifique à cet apéritif.

Autrefois exclusivement confectionné  par les femmes, c’est exclusivement par elles aussi que le buisson était consommé. Il était servi en digestif après le café ou en vin de dessert. Les hommes, eux, étaient responsables du vin qui servirait à le faire. Les temps ont changé, les hommes aussi. Les femmes sont maintenant aussi « autorisées » à faire du vin ( même si ça reste majoritairement un métier d’homme) et les hommes mettent aussi un point d’honneur à faire le meilleur buisson, rehaussé au rang d’apéritif unisexe (parce qu’il ne faut pas croire qu’il n’y ait pas beaucoup d’hommes qui aiment aussi les douceurs , tout les hommes ne sont pas comme tonton Bernard 😉 ).

 Alors, comment se fait-il, ce petit apéritif?

Pour faire un litre de buisson, il faut:

1 bouteille de vin rouge (on peut partir aussi sur la base d’un litre, c’est plus facile à multiplier selon les besoins…ou plutôt les envies…)

150 ml d’eau de vie de fruits (200ml)

Apéritif "Buisson"
de l’eau de vie de fruits

150g de sucre (200g)

P1100640

Une bonne poignée (≅150g) de pousses de prunellier(200g)

Troussepinette
Pousses de buisson noir

1 gousse de vanille (ça, c’est en option, mais c’est bien meilleur avec)

La recette:

Laver et bien sécher les  pousses de prunellier avec du papier absorbant

Les hacher assez finement (le fait de les hacher va intensifier l’arôme alors autant les hacher le plus finement possible)

Apéritif de buisson noir
Hacher le plus fin possible

Verser le vin et l’eau de vie dans un récipient.

Y ajouter les pousses hachées et le sucre

Mélanger pour bien répartir le sucre

Apéritif maison
Mélanger tous les ungrédients

Ouvrir la gousse de vanille, en gratter les graines et les ajouter au liquide en même temps que la gousse elle même coupée en tronçons.

Première méthode pour les gens pressés ( la mienne):

Faire chauffer le tout sur le feu jusqu’à maximum 70°

Laisser infuser jusqu’au jour suivant.

À la façon d’une tisane, les arômes de la plante seront passés dans le vin. Il ne reste plus qu’à filtrer à travers une passoire très fine ou une gaze, hop, fini!

L’apéritif ne souffrira absolument pas de ce traitement un peu barbare. J’ai fait le test avec les deux méthodes en parallèles; il était quasiment impossible de les différentier, mais je sais qu’il y a des puristes qui attrapent des boutons virulents rien qu’à l’idée de chauffer le vin, alors voici la

Deuxième méthode, la traditionnelle:

Laisser infuser dans l‘obscurité et au frais en remuant tous les jours pendant une vingtaine de jours, pour que les arômes soient parfaitement répartis et le sucre entièrement fondu.

Filtrer comme ci-dessus.

Et voilà!

Apéritif "buisson" maison
Emballer joliment si c’est pour l’offrir

Comment trouves-tu  cette recette? Aimes tu les apéritifs maison?Dis le dans les commentaires 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *