Sucre

Le sucre, mon doux ennemi

Aujourd’hui, je vous l’avoue, je suis DÉ-SES-PÉ-RÉE! Je viens d’apprendre que mon meilleur ami, si doux, si agréable, me veut du mal. Oui, le sucre veut ma mort, notre mort à tous, en fait!

Cette découverte est pour moi accablante, atroce et douloureuse. Non, je n’exagère pas, je l’adorais…Je vais vous parler de mon meilleur ami, de mon ami d’enfance avec qui j’ai tant de délicieux souvenirs. Il était mon compagnon de toujours avec qui j’ai partagé la plupart des grands  moments de bonheur intense de ma vie. Il était de toutes les fêtes, de toutes les réussites. Mes chagrins d’enfant, c’est lui qui les a consolés,  et lui encore qui m’a aidé à surmonter mes frustrations d’adolescente. Il a aussi adouci les moments difficiles tout au long de mon parcours de vie. L’idée même de vivre sans lui me plonge dans une immense tristesse et une grande perplexité. Comment le remplacer?

Une véritable addiction

Qu’il ait eu sur moi une certaine influence, voire une influence certaine, c’est un fait. J’avais un mal fou à lui dire non! À la faveur de tous ces bons moments passés ensemble, j’ai pris quelques kilos supplémentaires, mais en amitié, ça ne compte pas vraiment, on est indulgent.

Je ne savais pas tout de lui, (en fait même presque rien) et je ne voulais pas vraiment savoir. Car oui, ce que j’ignorais, ce que je refusais de voir, c’est qu’il était bel et bien fourbe et manipulateur. En fait, à long terme, il cherchait tout simplement à me nuire, non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui tombaient sous son charmeet nous sommes des milliards. Sous ses faux airs de bon copain, de consolateur, de meilleur ami,  de charmeur, d’hypnotiseur même, il voulait vraiment me tuer. Cette découverte m’a bouleversée. Vous imaginez? Mon meilleur ami cherche à me TUER à petit feu et je ne m’en doutais même pas!

Il va tuer au niveau planétaire

Mais le pire, c’est qu’il n’en a pas seulement après moi. En fait, c’est un véritable tueur en série, un horrible récidiviste. Seulement,  il agit de façon si subtile et si raffinée (dans tous les sens du terme) qu’il est très, très  difficile de prouver sa culpabilité, car il a des centaines d‘alliés extrêmement puissants et influents. Ses alliés connaissent ses vices. Pourtant, ils font grâce à lui des profits financiers tellement juteux qu’ils ne sont pas du tout décidés à le lâcher.

Comment est ce que j’ai découvert le pot aux roses? Grâce au petit Tom d’à côté. L’autre jour, il est rentré chez lui et a déclaré à sa mère tout de go:

-« Maman, aujourd’hui, à l’école on nous a dit qu’il essayait de tous nous empoisonner. »

Du coup, sa mère, connaissant mon affection sans bornes pour mon doux ami, s’est empressée de me le répéter. Vous pensez bien que, au vu des relations quasiment intimes que j’entretiens avec lui, le plus fidèle de tous mes amis, j’ai tout de suite flairé la calomnie. On ne dit pas du mal de mes amis sans que je monte aux barricades!

Je voulais des preuves, j’en ai eu!

Alors, désespérément, j’ai commencé d’intenses recherches pour pouvoir présenter la preuve de son innocence. Mais plus je fouillais, plus je recherchais, plus les arguments en faveur de sa culpabilité s’accumulaient et devenaient tristement accablants. Je me rendais compte que lui, en apparence si doux, si modeste, avais gagné une emprise diabolique sur la quasi-totalité de la planète! Mon tendre ami était un fléau planétaire qui avait pour unique mission de tuer, à petit feu certes, lentement, insidieusement, mais de tuer. Jour après jour, Il raccourcit la vie de milliards de personnes sans être inquiété le moins du monde.

Eh voilà, il fallait bien qu’un jour, les écoles réagissent aussi. On dit depuis longtemps aux enfants, aux élèves que le sucre est mauvais pour les dents. Il suffirait de se brosser les dents trois fois par jour pour neutraliser ses effets néfastes. Pas catastrophique en fait, lui, l’ami des enfants et des grands, le consolateur des âmes en peines, le compagnon des jours de fêtes, le magicien du bonheur, le fabricant de récompenses du travail accompli…

Mauvais pour les dents, certes, il l’est mais si ce n’était que cela,…

Sucre
Le sucre, doux ennemi

La petite partie visible de l’iceberg

En fait, la carie, grave, dévastatrice,  n’est même que la toute petite pointe supérieure de la partie visible de l’iceberg. Il reste tout le gros morceau qui flotte à la surface, et l’immense partie immergée qui sont bien plus dangereuses encore. Quand j’y repense aujourd’hui, je suis sûre que c’est lui qui a tué un certain nombre de personnes chères de mon entourage.

En fait, le sucre est réellement un poison. C’est un poison tellement puissant et insidieux, qu’il détruit tout notre organisme peu à peu. Mais, de la même façon que l’alcool et le tabac, il est à notre libre et entière disposition, aussi et surtout pour les enfants. Il déclenche un dysfonctionnement après l’autre dans tous les organes, y compris le cerveau jusqu’au point de non retour.

Son action est tellement lente et insidieuse, qu’on ne comprend pas que c’est réellement lui qui en est la cause. Problèmes cardiaques, rénaux, hépatiques, arthrose, rhumatismes, vieillissement prématuré de la peau, maladie d’ Alzheimer, tension, diabète, Parkinson, obésité, bien sûr et j’en passe…

Ailleurs sur internet

Un coup d’oeil sur ce reportage ( Arte) va vous faire réaliser la gravité de la chose. Celui-ci  est également très informatif, même si le sucre n’en est pas l’unique sujet. Si vous faites des recherches, vous trouverez des preuves accablantes de la manipulation que nous sommes en train de subir. De plus en plus d’articles, de documentaires, d’études scientifiques sont publiés et diffusés pour nous ouvrir les yeux sur ce fléau que représente le sucre industriel pour notre santé, et c’est vraiment bien. Nous ne voulons plus être des moutons, rendus malades et obèses pour enrichir encore et encore un secteur déjà tellement prospère.

On nourrit les malades au sucre!

Nourriture préférée du cancer qu’il fait grandir et s’étaler, je m’indigne qu’on nourrisse les malades ne pouvant plus le faire par eux-mêmes par des perfusions de glucose, et cela même en oncologie. Entre temps, on sait que cela ne peut que faire empirer leur maladie, pourtant, on continue. Il ne peut s’agir que d’un intérêt financier de la part de l’industrie pharmaceutique…et sucrière, les deux industries les plus puissantes au monde. On continue à faire croire aux sportifs naïfs que leur énergie vient du sucre ajouté dans leurs barres soi-disant énergétiques.

On continue à dire aux parents que leurs enfants ont besoin de sucre industriel pour développer leurs cerveaux. En fait, c’est exactement le contraire qui se produit. Seul, le sucre naturel, celui des fruits, en quantité non concentrée, a un effet vraiment bénéfique sur l’organisme.

confiture de dattes
Dattes trempées

L’industrie alimentaire ne peut plus se passer de cette substance pour améliorer le goût des aliments trop médiocres, trop acides ou trop fades. Le sucre donne aussi une belle couleur aux pains et viennoiseries. Il va également servir de récompense aux enfants, et même de monnaie de chantage. Être privé de dessert, de boisson sucrée ou de glace reste une punition très efficace.

L’humain est programmé pour aimer le sucre

Or, l’être humain, dès sa naissance, est programmé pour aimer le sucre. Le lait maternel est sucré.

L’industrie sucrière s’est emparée de cet état de fait pour nous rendre dépendant. Nous sommes presque tous accros au sucre. Même ceux ( chanceux) qui disent “je ne suis pas très dessert” ne résistent pas toujours à une barre chocolatée, un jus de fruit ou autre boisson sucrée, sans parler des nombreux produits de l’industrie agro-alimentaire dans lesquelles se cachent toutes sortes de sucres sous des noms différents. Même les jus de fruits déclarés “ sans sucre ajoutés” sont beaucoup trop sucrés, car  concentrés.  Ils sont fabriqués à partir d’extraits de fruits et parfois même d’ajouts de fructose artificiel. Le fructose faisant naturellement partie du fruit, l’ajout ne doit pas être nécessairement déclaré, même si, comme dans le cas des jus de fruits, il s’agit de fructose industriel nocif à la santé.

Du sucre, oui, mais du bon!

crème vanille sans sucre

C’est pourquoi j’ai décidé qu’à partir d’aujourd’hui, mes apports en sucre et ceux de ma famille se feront essentiellement par les fruits, frais ou secs. Comme tout intégrisme est également dangereux, quel qu’en soit le domaine, j’ai cependant accepté de faire des concessions ( modérées) lors des fête, anniversaires, etc.  Pour le sucre aussi, le poison réside dans la quantité absorbée.

Les premiers hommes étaient frugivores. Leur cerveau réagissait positivement à la douceur des fruits dont ils se nourrissaient. Rien d’étonnant, donc, à ce que nous aimions tellement le sucre. Nous sommes programmés pour tirer les bénéfices de ces sucres naturels.

Heureusement, tous les sucres ne sont pas mauvais.

Nous avons donc été programmé pour aimer le sucré, parce que c’est vrai, nous avons besoin du sucre. Mais pas n’importe lequel. Nous avons besoin du bon sucre naturel, non transformé, du sucre des fruits. Ce sucre là, combiné avec les minéraux et les vitamines contenus dans les fruits, nous apporte réellement l’énergie nécessaire à notre métabolisme et au bon fonctionnement de notre cerveau. Ce sucre là est fait pour nous et nous veut du bien.

La solution?

Tout simplement remplacer le sucre industriel par les sucres naturels qui nous font du bien. Les fruits en sont pleins, la nature est généreuse. Pour une vie en pleine forme, boycottons toute forme de sucre obtenu de façon industrielle.

Il ne s’agit pas d’être frustré, mais au contraire de se faire plaisir. Je mettrai le sucre au même niveau que l’alcool. Il est nocif, certes, mais peut rester un plaisir exceptionnellement. Il continuera occasionnellement à faire partie de la fête.

Et comme je continuerai donc très certainement à aimer le sucré, je vous ferai part de mes expériences et recettes faites à partir du sucre de vrais fruits. Mais attention, pas du fructose industriel! J’utiliserai les dattes, bananes séchées, raisins secs,fruits frais, etc…et vous donnerai encore des recettes sucrées pour les jours d’exception, à consommer avec discernement et modération, comme toute autre substance addictive.

Et vous, avez vous réfléchi aux dangers du sucre et par quoi le remplacer?

À bientôt pour le début d’une nouvelle aventure joyeuse et ludique!

 

10 réflexions au sujet de « Le sucre, mon doux ennemi »

  1. Le sucre est aussi mon meilleur ennemi, quand j’étais plus jeune je me disais que je pourrais manger que du sucré toute la journée pour me nourrir, avant de découvrir ses méfaits !
    J’essaie maintenant de diminuer au maximum, au moins en cuisinant des aliments frais et en évitant d’avoir des produits industriels dans les placards.
    Mais on ne refuse pas des petites douceurs de temps en temps, surtout lors de repas entre amis ou famille, comme tu dis. D’ailleurs, je ne refuserai certainement pas de ton gâteau à 3 étages ! 😉
    Bisous

  2. Je ne comprends pas Carole pourquoi vous traitez Natiline de  » bonne pour l’asile « . Son blog est remarquable et j’adore y aller. On aime ou on n’aime pas mais on insulte pas.

  3. J’étais complètement accro au sucre et impossible de commencer une tablette de chocolat sans la terminer. Ton blog m’a convaincue que le sucre était un véritable poison. J’ai changé mon alimentation et je ne m’en porte que mieux. Les dattes, raisins et bananes sèches ont fait place aux gâteaux, Nutella et autres « cochonnerires »qui envahissaient mes placards de cuisine. Un grand merci à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *